lundi 15 janvier 2018

Portrait Mayotte #1 : Fabien.

Le blog de la Mutuelle La Mayotte inaugure ce mois-ci une série de portraits consacrée à ses salariés. Pour commencer, nous avons choisi de traverser le couloir qui nous sépare du service comptabilité, pour rencontrer Fabien, trublion inénarrable du service et fan de manga.     

Fabien est comptable à la Mayotte depuis Quatre ans. Auparavant il exerçait ses compétences dans l’administration territoriale et d’état. Des postes purement administratifs, du suivi budgétaire.

« Je travaille sous l’autorité de Pascal Boucart, notre directeur adjoint. Nous sommes trois dans le service, mais trois autres comptables sont détachés sur d’autres sites. Nous sommes donc six en tout.  Nous nous répartissons les différentes structures (ITEP, IME, GEM ...) entre-nous.  Je suis le seul homme et c’est un peu dur parfois, mais je suis choyé par deux adorables collègues, Stella et Dominique, qui savent faire du bon café. Mes tâches consistent à payer les fournisseurs, à rembourser les frais des salariés et effectuer le pointage des comptes au niveau des banques. Le fait de travailler au sein d’une association amène, je trouve, davantage d’humanité dans les rapports sociaux et  entre les personnes.  Par contre nous n’avons pas de contact avec les enfants et c’est dommage parce que les factures qui passent par nous c’est pour eux. Avant je les voyais un peu, ils sont touchant et mignons ».  


mardi 9 janvier 2018

Le blog de la Mutuelle La Mayotte.


Depuis Mai 2017, Arnold Bugnet (chargé de projet et animateur au GEM de Bondy) et Pierre-Alain Huart (éducateur spécialisé à l'ITEP Commin) animent le nouveau blog des établissements de la Mayotte. Au programme : rencontres, entretiens, agenda ...

les lundis et mardis matins, ils vont à la rencontre des équipes et des enfants pour vous faire découvrir les activités, les pédagogies, les projets. 

Depuis 8 mois, le blog, c'est 66 articles publiés et plus de 2000 visites, et autant de lectures.

Alors merci de nous lire !   

Arnold et Pierre-Alain en pleine action.


    

Vœux pour l’année 2018.




A l’occasion de cette nouvelle année, que par ailleurs nous nous permettons de vous souhaiter radieuse et conviviale, Jean-Michel Floret présentera ses vœux à l’ensemble du personnel de la MLM, le vendredi 12 janvier à partir de 14h en salle Fernand Cortez.

Cela sera également l’occasion de distribuer les médailles du travail à Viviane Therouin, second de cuisine (médaille d’or), Evelyne Hedouin, commis de cuisine (médaille d’argent) et Stéphanie Hedouin, maitresse de maison (médaille de bronze).

1 2 3 Tremplin.


1 2 3 Tremplin est une association à l’initiative de parents et de professionnels travaillant en collaboration pour mener à bien un projet novateur.

Créée début 2017, sa vocation principale est d’inventer et de mettre en œuvre un dispositif pilote permettant d’accueillir des enfants touchés par des TSA (troubles du spectre autistique). 

L’ambition principale de cette structure, dont les locaux sont situés sur le site de Montlignon, est de faciliter l’inclusion en milieux ordinaires d’enfants entre 0 et 10 ans (école, centre de loisir) en leur proposant des enseignements adaptés. 

Afin de répondre au mieux aux besoins des enfants et de leur suivi spécifique, les locaux et leur aménagement permettent la mise en œuvre du projet éducatif et le personnel est formé à L’ABA et à L’ABA-VB. Ce sont des approches individualisées visant à développer chez un individu les compétences en lien avec ses besoins, qui participent directement à son bien être quotidien. L’ABA-VB, plus spécifiquement, développe la communication. En effet, la communication et le langage seront travaillés en priorité avec les enfants parce que c’est une compétence pivot qui permet accroître ensuite d’autres domaines de compétences.

Retrouvez 1 2 3 Tremplin sur FaceBook et sur leur site internet




lundi 18 décembre 2017

Course d’orientation.

Ce projet qui s’inscrit sur toute l’année comprend 10 enfants du groupe des Korrigans de l‘ITEP Robert Commin. Il se déroule tous les jeudis après midi de 13h30 à 16h00 et est encadré par Mickael (éducateur), Amandine (éducatrice) et Arnaud (professeur des écoles).

« Nous sommes en train de constituer deux groupes de cinq enfants, explique Mickael.  Pour l’instant nous cherchons le bon équilibre. Il doit y avoir dans chaque groupe des éléments pouvant être moteur et plus autonomes et des enfants pour lesquels il est encore compliqué de se repérer ou qui manquent de confiance en eux.

Nous avons pensé cette activité en plusieurs étapes. Dans un premier temps il s’agissait de se familiariser à l’utilisation de la boussole et à la lecture d’une carte. C’est pourquoi nous avons débuté par des chasses aux objets dans la Mayotte, un lieu bien connu des enfants et dans lequel ils ont leurs repères : débusquer un arbre particulier, une sculpture, un lieu spécifique …

A la suite de quoi, nous sommes sortis de ce cadre rassurant pour commencer à explorer les alentours, les chemins forestiers en lisière de forêt pour ensuite quitter ces sentiers et pousser plus loin. C'est-à-dire, commencer à perdre les repères et n’avoir plus que la carte, la boussole et le collectif comme outil sur lesquels s’appuyer pour se diriger. Puis, nous avons poussé encore plus loin encore.Nous avons investi les espaces urbains proches. La ville de Montlignon, en l’occurrence. Il s’agissait de parvenir le plus vite possible à l’église de Montlignon en respectant des passages obligatoires par plusieurs étapes.

Mais nous voulons aller encore plus loin, multiplier les expériences. Pour cela, les vélos que nous allons acquérir sont un outil important, et nous remercions Les Amis de la Mayotte de nous avoir soutenu financièrement. Les vélos permettront d’aller plus loin et plus vite, de parcourir de plus grandes distances et de continuer à mettre en avant l’aspect sportif de l’activité. Nous avons également le projet d’organiser une chasse aux monuments célèbres sur Paris pour utiliser les transports en communs. 

En fin d’année nous aimerions proposer aux enfants une sorte de Koh Lanta. Il y aurait des activités sportives opposant les deux équipes. Nous avons contacté Cédric de Koh Lanta. Il suit notre projet et pourrait éventuellement en être le parrain.  Cela serait bien qu’il vienne nous voir. Cela serait très valorisant pour les enfants.

La course d’orientation a de nombreux intérêts, mais le plus attrayant est l’aspect ludique. C’est très important. Cela peut paraître un peu naïf, mais la joie est un outil éducatif très intéressant qui n’est pas si souvent mis en avant. Quelle joie de courir et de marcher à travers la forêt et de partager ce plaisir ! Les enfants, pour l’activité, sont munis d’une boussole et d’une carte.  Ils doivent aller d’un point à un autre, en terrains variés, le plus souvent inconnus et en principe, en se déplaçant rapidement, car cela reste une course. L’idée de compétition perdure, mais elle se décline sous une autre forme que dans la pratique du sport. Les enfants ne s’opposent pas directement, ils se confrontent en premier lieu à l’environnement, à l’espace dans lequel ils doivent évoluer et traverser.

Le projet essentiel de la course d’orientation et d’apprendre à se repérer dans l’espace et dans le temps. Nous voulons développer l’autonomie, l’estime de soi, l’esprit d’équipe et d’entraide.  La frustration aussi, puisqu’il s’agit d’une quand même d’une compétition. Il y a des gagnants et des perdants. »


Les cartes utilisées pour la course d’orientation sont plus détaillées et plus précises que les cartes topographiques et les légendes ne sont pas les mêmes. Elles indiquent clairement les obstacles pouvant survenir lors de la course.  Les détails perçus au niveau de l’œil et la pénétrabilité de la forêt. Les cartes sont généralement produites par des bénévoles, voire des entrepreneurs aux échelles 1/4000, 1/5000, 1/10000 et 1/15000. Elles possèdent également un code couleurs spécifique.



lundi 11 décembre 2017

Le sport au collège.



Pour la troisième année consécutive l’ITEP René Laborie propose aux groupes des Artistes et des Baladins de s’inscrire à L’UNSS au sein du Collège Wanda Landowska.  

Ce projet interdisciplinaire comprend une quinzaine de jeunes et cinq adultes. Trois éducateurs (Fathé, Nicolas et Bachir) et deux enseignantes (Manon et Dorianne).

Tous les mercredis après midi ils peuvent bénéficier des installations du collège pour pratiquer le football, le tennis de table ou le badminton. Ce sont les professeurs du collège qui encadrent les entraînements. Le but n’est pas de privilégier uniquement les jeunes qui auraient des aptitudes sportives, mais tous ceux pouvant en retirer un certain profit en fonction de leur projet.

Aux yeux des jeunes, La participation aux compétitions est importante, et en cas de qualification les adultes s’organisent pour qu’ils s’y rendent, que ce soit sur une après midi ou sur toute la journée et cela sur toute l’Ile de France. Ce projet est essentiellement le moyen de travailler l’ouverture sur l’extérieur et d’avoir un « pied » dans le collège afin de préparer les intégrations tout en valorisant l’esprit sportif, l’attitude et la confrontation aux autres dans un bon esprit. 


Foot Inter ITEP.



L’activité est chapeautée par Bachir, éducateur sur l’ITEP Laborie. Centrée sur la pratique du football elle prend chaque année un peu plus d’envergure. Nous nous sommes entretenus avec Bachir qui nous expose les grandes lignes de ce projet.

« A la base, il y a de cela cinq maintenant, il n’y avait que les Baladins et les Pastoureaux.  L’idée était de créer une activité à l’extérieur avec des jeunes issus de différentes structures pour aller vers une nouvelle dynamique.  Nous avons pu bénéficier des installations du Cosmo Taverny qui met aussi à notre disposition, les jeudis après midi de 14h à 16h, un éducateur diplômé du club pour encadrer les entrainements.

C’est vraiment un partenariat avec le Cosmo, dans le sens fort du terme. Ils nous soutiennent.  Sans eux ça serait différent et n’aurait pas le même impact.  Depuis cette année le projet est encore plus ambitieux. Nous emmenons 26 jeunes : des Korrigans et des Pastoureaux de l’ITEP Commin, des Baladins de l’ITEP Laborie et des jeunes de l’ITEP Marines.

Nous ne proposons pas uniquement cette activité à des jeunes qui sont bons au foot. L’aptitude sportive n’est pas un élément de sélection.  Nous partons du projet de l’enfant et c’est toujours intéressant de mélanger les niveaux parce que tout le monde progresse.  La motivation est essentielle et permet de se dépasser, de s’entraider. C’est la cohésion qui forme une équipe. C’est faire avec les points forts et les points faibles de tous pour avancer.

Le tournois que nous organisons en fin d’année est un moteur essentiel pour cela, c’est une récompense, cela génère beaucoup de motivation. Les jeunes donnent le meilleur d’eux-mêmes et laissent les conflits hors du terrain. Lors de ce tournoi ils joueront contre d’autres clubs. Nous participerons également aux évènements Handisport avec la fédération française de sport adapté.  Là ils rencontrent des enfants d’IME et d’autres ITEP. C’est un moyen de multiplier les échanges.

Il faut que les jeunes sortent, qu’ils fassent des rencontres. Le foot est juste un moyen d’y parvenir et avec le sport collectif ils y arrivent en tant qu’équipe, c’est encore mieux. Nous aimerions, cette année, équiper les jeunes avec la même tenue, mais les fonds nous manquent.  C’est important de porter le même maillot, ça fédère, ça crée du lien, une force.  C’est de cette force dont ils ont besoin pour dépasser les difficultés de la vie et quand on leur donne les moyens ils y parviennent. Tous les ans, en fin d’année, ils me demandent si on va continuer.  Ils sont dans l’envie, dans la perspective et du coup ils sont à l’origine de l’ampleur toujours plus grande du projet. »



© Le blog de la Mayotte
Maira Gall